06 décembre 2005

Pardon Flaubert

("Salammbô", dessin au crayon et encre) "C'était bien la peine d'employer tant d'art à tout laisser dans le vague pour qu'un pignouf vienne démolir mon rêve par sa précision inepte." Il l'a dit. Flaubert ne voulait pas de gribouillages autour de son roman antique et baroque, "Salammbô"! J'ai commis ce dessin à l'adolescence, trop emportée par sa lecture. Il y a des romans qui vous tombent des mains, d'autres qui vous suivent toute la vie. Celui-là a été le pavé dans la mare de mes classiques, un éclair foudroyant dont j'ai tenu... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:55 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 décembre 2005

Bonjour biquet !

( photo Patrick Courault) Avis aux amateurs de bébêtes en liberté. Ce représentant mâle bien doté appartient à la race dite "chèvre des fossés", devenue rare mais autrefois commune dans les campagnes de l'ouest. Un troupeau de ces chèvres rustiques à longs poils et à la tête expressive vit aujourd'hui à l'état sauvage sur des rochers non pas enneigés mais salés. Elles sont visibles, avec de la chance, sur les falaises de la Hague, entre Auderville et Herquemoulin.
Posté par lydiel à 08:55 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 décembre 2005

Un ange passe

("Le pont", huile sur toile, 100X130, 2004) Une photo a servi de support pour cette peinture. La personne qui l'a prise ne se souvenait plus ni de son existence, ni de son contexte. Moi-même j'ai oublié cet instant. Et tout dit que personne n'avait rien vu de cette cabriole. Il y aurait eu à coup sûr des "Tes pieds sur le canapé !!!", "Arrête de faire l'andouille !", "Tu vas tomber!" et ma nièce n'aurait pas fait son pont suspendu, le photographe n'aurait rien eu à prendre, je n'aurai pas eu cet instant oublié qui, aujourd'hui,... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 décembre 2005

L'ami de mon ami

De l’amant je me souviens de ses mensonges, du mari de ses envies d’ailleurs, de l’ami de ses regrets d’être trop ami. Pas un n’a eu l’élégance de s’oublier un peu. Si ce n’est l’ami d'ami, si léger dans ses caresses de chat quand il posait sa main sur mon bras. Il avait pour mes caprices des tolérances de fille, d'un coup d'oeil relevait le détail nouveau, il m'a appris que le mauvais goût peut être un art, que le vert pomme se marie si bien au rose fushias, que l'angora n'est pas qu'une bête laine chaude. Et ses délires n'étaient... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 novembre 2005

Un goupil

Ce n'est pas un renard bleu des neiges, mais le gardien des cimetières japonais. J'aimais bien son petit air féroce au-dessus de son bavoir fleuri. Contraste bien de là-bas: modernité et tradition, building high tech et petite maison fragile, et à chaque coin de rue le mièvre côtoie le cruel. ( si quelqu'un sait le pourquoi du bavoir...)
Posté par lydiel à 08:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 novembre 2005

Un si beau pays

(la baie d'Escalgrain et le nez de Jobourg, Manche) Ici les arbres gardent dans leurs silhouettes torturées la violence des vents. Les maisons, faites de pierres jusqu'aux sommets des toits, ont la force trapue de ceux qui affrontent les tempêtes. Et la mer, qui érode chaque jour un peu partout les continents, n'en finit pas de buter sans pouvoir mordre cette pointe de granit. "Et qu'y a-t-il hors cadre ?" demandez-vous. Tout près à l'ouest, le raz Blanchard, courant terrible qui rend ce passage le plus dangereux d'Europe pour... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 novembre 2005

1,2,3, lapin !

Beaucoup moins connu que son comparse le bonhomme, le lapin des neiges se rencontre rarement. Un brin rétro, l'air gaillard mais l'oeil complètement ahuri, il débarque sans s'annoncer, vous tient une conversation au ras des paquerettes et déguerpit dès que le soleil pointe son nez. Non mais vraiment, quel goujat ce lapin des neiges !
Posté par lydiel à 09:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 novembre 2005

Jour de rien

Assise au fond du fauteuil, je suivais des yeux une tâche de lumière qui glissait sur le parquet. Depuis le début de l’après-midi, elle s’était déplacée du tapis au divan, décrivant une large courbe invisible rythmée par les effets de marqueterie et les meubles. Les heures venaient de passer comme cette tâche, imperceptibles dans leur mouvement. Lorsque le chat vint sauter sur mes genoux, je pris conscience de la fixité de mon regard et du relâchement musculaire de tout mon être abandonné. Je mis plusieurs minutes à me rassembler... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 09:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 novembre 2005

Partir revenir

(port de Cherbourg) Est-ce que la vue du large emprisonne ou bien libère ? Vivre dans un port donne envie de partir ou de rester ? Partagée entre les deux, mon envie était égale. Pourtant je n’ai pas hésité longtemps. Il fallait partir, oui, absolument, mais revenir aussi, plus sûrement encore. Comme Ulysse qui pensait toujours à son île, le départ n’est qu’un prétexte au retour. On part pour mieux revenir. L’ambivalence du marin. Rien ne libère autant qu’une ligne d’horizon et rien ne retient autant que le souvenir.
Posté par lydiel à 09:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 novembre 2005

Les vieux et nous, futurs vieux

Avez-vous pensé à que nous serons dans 50 ans, nous les bloggueurs d'aujourd'hui ? Les maisons de retraite seront-elles équipées "d'espace virtuel", de "cyber/salon de thé" avec de bons fauteuils ? Vous, les p'tits jeunes qui prosaient à tout va en rentrant du lycée, vous mettrez peut-être votre activité de bloggueur entre parenthèses le temps d'une vie bien occupée. Mais lorsque l'ennui et la solitude vous rattraperont, vous rouvrirez peut-être avec bonheur ces pages qui ne connaîtront jamais les outrages du temps. Et si nous... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:45 - Commentaires [7] - Permalien [#]