24 octobre 2007

Parce qu'on ne s'en lasse pas

( Nageur aux étangs de Comelles, Oise, oct 07 ) Encore une vue d'automne, qui a, cette année, comme un goût d'été.
Posté par lydiel à 08:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

13 octobre 2007

Comme au pays de Disney

(Etangs de Comelles, Oise, oct 07) Sitôt le dos tourné, nous entendions sur nos pas cavaler mulots, musaraignes, rats musqués, lézards, écureuils, alors que canards et cygnes dédaignaient notre approche. Et un écho discret résonnait au-dessus de nos têtes, celui d'un petit pic vite effarouché, caché dans les houppiers. A l'écart de la faune bondissante et paresseuse des bords de l'étang, le pivert solitaire tambourinait son message dans les hauteurs grillées de soleil.
Posté par lydiel à 23:26 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
04 octobre 2007

Des étoiles en plein jour

(lampadaire des Champs-Elysées pendant la Breiz Touch, Paris, sept 07) Alors que la foule regardait vers le bitume, des éclats de soleil m'ont attiré l'oeil au-dessus des têtes...
Posté par lydiel à 11:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
13 septembre 2007

Libera

En faisant mon choix rituel de livres à ma bibliothèque de quartier, une question s'est imposée : le goût de la lecture est-il en rapport avec la perception du temps ? Je ne veux pas dire a-t-on plus envie de lire quand il pleut, mais lit-on davantage quand on a l'aptitude à se projeter dans l'avenir ? Devant les titres et les auteurs connus, évocateurs ou juste tentants, j'ai eu un sentiment euphorique de voyage, de nouveauté, de perspectives inexplorées. Et c'est toujours de cette manière que je vois les livres. Et lorsque je... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 septembre 2007

Être ou pas

(Galerie du Palais Royal, mai 07) Le cliché veut qu'avec le temps on reste capable d'assumer ce qu'on a fait. Qu'il n'y ait pas, dans les recoins de la mémoire, de fautes impardonnables, d'actes impossibles à oublier, de paroles désastreuses. On voit comme un idéal de rester sans tâche, d'avoir, selon l'expression, mené honnêtement sa barque. Mais n'est-ce pas plutôt tout ce qui n'a pas été fait qui devient lourd à porter, tout ce pour quoi on était doué au départ et qui, au fil de nos histoires compliquées, s'est trouvé embourbé... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 juin 2006

Rêve d'uniformité

Des amis, partis vivre au loin dans les îles, ont réalisé le rêve de beaucoup: passer ses jours sous un ciel d'un bleu immuable. Bonheur symbolique aux pays des merveilles, parce que, comme le suggèrait la chanson d'Aznavour,"la misère serait moins pénible au soleil"? Et les difficultés se vivraient avec plus de légèreté en plein été ? Je leur disais préfèrer les ciels tourmentés, l'approche de l'orage et le coeur des tempêtes. Qu'on vit plus fort dans l'oeil du cyclone qu'au bord du paradis. Maintenant qu'ils ont goûté au plein... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 12:26 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

11 juin 2006

La grande classe

Je vais me permettre un écart de conduite. Une suite de circonstances m'a rappelé un bien agréable souvenir de travail. Un jour de déconcentration générale, des collégues m'ont fait découvrir un film devenu rare puisqu'il n'existe pas en VHS ou DVD: "La classe américaine", ou "Le grand détournement", fait à partir d'extraits de films remontés et redoublés, écrit et réalisé par Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette, et diffusé sur Canal+ en 1993. Le film, en multiples flash-back, parodie "Citizen Kane" d'Orson Welles. Il débute... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 10:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
09 juin 2006

Un exemple

La nuit, la carte étoilée du ciel qui contient le passé et fait rêver le futur. Et de l'autre côté notre présent, dessiné dans la cartographie humaine, avec la répartition des forces en présence qui brillent dans l'ombre. Prendre de la distance pour mieux appréhender la réalité: j'aimerais savoir comment les cosmonautes voient les choses, une fois revenus sur terre ?
Posté par lydiel à 08:55 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
07 juin 2006

Vu de loin

( Côte du Val de Saire vue depuis le phare de Gatteville, Manche) Pour voir quelque chose correctement, on a, bien souvent, le réflexe de s'en rapprocher jusqu'à avoir le nez collé dessus, comme les visiteurs d'expositions qui s'obstinent à scruter la peinture dans la fibre de la toile et non pas dans sa globalité. Le "Comment s'est fait" l'emporte toujours sur le "Pourquoi c'est fait". Comme pour tous nos petits et grands problèmes. On tourne autour pour les comprendre, les contenir, trouver l'origine du mal en les regardant... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:55 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
26 mai 2006

Y'a des jours comme ça

( la digue de Collignon près de Cherbourg, Manche) Qui n'a pas lu, un jour, son horoscope, en souhaitant faire coïncider le déroulement de sa journée avec un pronostic optimiste ? "La chance est au rendez-vous", "Vous allez rencontrer l'âme soeur", "Des changements en vue", "Journée déterminante", "Vous allez vous révèler". Et zou, on espère qu'il y a un peu de vrai dans tout ça, quitte à s'arranger avec la réalité pour la faire cadrer avec ces quelques lignes impersonnelles. L'horoscope que je préfère c'est celui que je lis... [Lire la suite]
Posté par lydiel à 08:55 - - Commentaires [8] - Permalien [#]