de_jeuner
( petit déjeuner à Curcy, août 1999)

Cette photo pour me souvenir qu'il y a des dépendances pernicieuses, car c'était bien la peine d'avoir échappé à certaines et de m'être sevrée de quelques autres pour, aujourd'hui, me retrouver prise viscéralement par une nouvelle.
Je vais donc renouer avec le roman lu au saut du lit. Après réflexion je vais reprendre aussi le livre de SF du midi. Et puis sûrement l'essai de quatre heures. Le bon classique du soir redeviendra, lui aussi, indispensable. Quatre livres plus quelques feuilles et des broutilles dans une journée, c'est le bon ratio pour faire barrage aux curieux besoins générés par internet... que j'irai voir tout de même d'un oeil, pour visiter vos blogs °=)