hermaphrodite
( Hermaphrodite endormi, copie romaine d'un original grec, musée du Louvre)

J'ai failli oublier la note du jour impair ! Quoi dire ? Je pourrais décliner la facilité, aborder le thème si porteur de la femme idéale, parler de mes dessous comme le demandait Francis, ou d'une recette de régime façon "Elle" attendue par Eldorado. Tout cela intéresserait mais ce serait pencher vers le racolage et vous sous-estimer. Un peu à la manière des magazines féminins qui, sous prétexte de défendre, de magnifier et de faire s'épanouir la femme, la chosifie et la manipule tristement tout en jouant à fond sur les points qui chatouillent, donc qui font vendre. Leurs mécanismes primaires m'ont lassée, il y a bien longtemps que je ne les achète plus. Toujours les mêmes thèmes qui reviennent aux fils des saisons, les mêmes sujets de société déclinés en parallèle dans les autres médias, et surtout des tas de pub qui viennent contredire des articles qui se veulent libérateurs de l'image féminine. Du genre " Out le diktat de la minceur, les hommes préfèrent les rondes !" cerné par des publicités où trônent des mannequins faméliques. Et tous ces conseils beauté qui ne sont que de la pub déguisée. Toujours le fameux test de personnalité, toujours la page sexualité, toujours les mêmes choses qui reviennent en boucle. Le mois dernier j'ai retrouvé dans ma chambre de jeune fille quelques-un de ces vieux magazines et, Oh! Surprise, leurs pages contiennent les mêmes promesses de jeunesse, de mieux être et de beauté. En fait, elle est là l'image de l'éternel féminin, figée à jamais dans ces pages de papiers glacés.