morgane
( Morgane, portrait à l'huile inachevé, 50 X 70 )

Une amie m'a fait cogiter sur le mot réminiscence. Entre autre définition, j'ai retenu celle du souvenir vague et confus, comme ceux de la première enfance. Une réminiscence serait une brume de la mémoire, imprécis, instable. Le flou qui précéde la mise au point sur le souvenir.
Or si la réminiscence est le fantôme du passé, avons-nous encore du flou dans l'archivage de notre mémoire ? Car comment peut-on avoir des souvenirs vagues quand les tiroirs des armoires familiales débordent de photos et de vidéos ? Tout est fixé et ces images faussent nos souvenirs. On croit se rappeler tel événement ? C'est une photo oubliée qui a, en fait, imprimé notre mémoire.
Alors se souvient-on vraiment ? La réminiscence serait peut-être davantage dans les à-côtés, le contexte autour du moment passé plutôt que dans le détail de la scène elle-même.
La technologie a pris possession de nos souvenirs visuels. Heureusement, il nous reste le goût, l'odeur de la madeleine et le bisou affectueux de la grand-mère qui eux, ne tiennent pas sur un support quelconque.